Notre corps est une machine fabuleuse, il nous permet d’accomplir des tâches, de faire des activités plus différentes les unes que les autres, de parler et de ressentir, d’écouter et de toucher…

Étrangement, nous ne pensons que très peu à nos pieds, qui sont pourtant une partie vitale de notre corps qui nous permet de nous mouvoir.

Ce n’est que lorsqu’un problème ou une maladie aux pieds survient que nous réalisons vraiment l’importance de nos pieds et de nos orteils.

Il est souvent difficile de connaître exactement le problème auquel on fait face quand nos pieds sont en cause.

C’est d’ailleurs la raison pour laquelle j’ai décidé d’écrire ce guide informatif sur le syndrome de Morton, pour vous aider à mieux comprendre cette maladie et pour vous offrir des solutions adéquates.

Le Syndrome de Morton, qu’est-ce que c’est ? Pourquoi j’ai cette douleur dans mon pied ?

Le Syndrome de Morton, ou Névrome de Morton, est une pathologie inflammatoire des nerfs plantaires.

Ce syndrome se retrouve dans la catégorie des tumeurs bénignes, et se définit par une douleur vive à l’origine d’un nerf compressé situé au niveau des os métatarsiens (l’ensemble des cinq os de la plante du pied).

Un névrome plantaire résultera en une inflammation qui se propagera généralement entre le 3e et 4e orteil.

Statistiquement parlant, ce problème n’est pas aussi propagé que l’obésité ou l’insomnie par exemple, car il touche surtout les femmes âgées de 50 ans et plus.

La majorité des gens touchés par un névrome de Morton n’auront qu’un seul pied affecté par cette douleur.

Très rares sont les cas où les deux pieds sont touchés en même temps par ce syndrome.

Quels sont les symptômes du syndrome de Morton ?

syndrome de morton

Comment faire pour savoir si vous avez une tumeur bénigne dans un nerf de votre pied ?

Voici liste détaillée des principaux symptômes touchant les personnes atteintes d’un névrome de Morton :

  • apparition de douleurs violentes en dessous et entre les orteils
  • sensation de petites et grandes décharges électriques qui peuvent remonter jusqu’à la cheville
  • intensification d’une douleur aux pieds lors de la marche ou lorsque vous vous tenez debout sur place pendant un long moment. Les chaussures à bout étroit ou serrées peuvent aussi intensifier la douleur.
  • paresthésie ou fourmillements dans les pieds, trouble du sens du toucher qui entraîne une sensation de petites aiguilles rentrant dans le pied
  • apparition d’un nodule au niveau de la plante de votre pied dans quelques cas un peu plus rares

Comment diagnostiquer un syndrome de Morton ?

En reproduisant la douleur par une méthode de palpation, le médecin pourra connaître l’état de vos pieds et de vos nerfs, ce qui peut conduire à des examens plus sérieux si jamais ce test est concluant.

Par la suite, une radiographie de votre pied douloureux sera prise pour l’examiner de plus près.

Parfois, la radiographie donnera comme résultat une découverte d’une anomalie qui se trouve être la cause réelle du problème, comme un pied creux, un pied rond, un hallux valgus, un syndrome de canal carpien…

Finalement, une échographie ou une IRM (imagerie par résonance magnétique) sera effectuée pour un diagnostic final (c’est l’élément clé qui va venir confirmer).

Quelles sont les causes de cette douleur dans mon pied ? Est-ce que c’est dû au syndrome de Morton ?

Il n’existe malheureusement pas de causes exactes derrière la maladie de Morton.

Ce problème semble survenir avec le temps et plusieurs facteurs qui accroissent progressivement l’inflammation du nerf interdigital.

Voici quelques exemples des facteurs de risque qui peuvent causer un syndrome de Morton :

  • les déformations du pied tel que les oignons, les renflements d’articulations, les orteils en griffe, les pieds plats, etc.
  • un excès de poids, celui-ci exerçant une pression supplémentaire sur les pieds, ce qui peut éventuellement entraîner une inflammation des nerfs
  • le port excessif de talons hauts et de chaussures serrées peut compresser les orteils et ainsi mener vers un névrome de Morton
  • tous les sports athlétiques ou les activités sportives soumettant les pieds à des impacts répétitifs ou à une pression anormale comme la course, le jogging, le ski alpin, le ski de fond ou l’escalade
  • l’âge, puisque ce sont les personnes âgées de 50 ans et plus qui semblent être le plus touchés par cette douleur aux pieds, nous pourrions en conclure que l’âge est un facteur important

Quels sont les traitements pour guérir du syndrome de Morton ?

Il y a plusieurs traitements chirurgicaux et non chirurgicaux qui peuvent traiter la maladie de Morton.

Mais avant de passer à la chirurgie de votre pied, il y a quelques solutions moins radicales qui peuvent régler tous les problèmes reliés au syndrome de Morton dans plus de 80% des cas.

Syndrome de Morton, l’ostéopathie est elle bénéfique ?

On a généralement tendance à vouloir se passer de la chirurgie (qui donne de très bons résultats dans le cas d’un Morton). Pour cela, il convient de faire les bons choix et de s’adresser aux bons spécialistes.

J’ai une amie qui est allée voir un ostéopathe sur Bordeaux pour son syndrome de Morton, et le professionnel en question à travaillé de manière à lever tout blocage articulaire au niveau du pied, mais aussi en rééquilibrant le corps afin de mieux répartir les pressions sur les pieds.

Cette approche ostéo est très intéressante et vaut le coup d’être tentée.

Ainsi vous pouvez vous attendre à ce que votre ostéopathe travaille :

  • localement sur le névrome (ponçage et étirement dans toutes les zones où est localisé le névrome)
  • en périphérie au niveau de la cheville
  • puis au niveau du genou (test de la mobilité de la tête du genou par rapport au tibia
  • sur le nerf sciatique (relâchement du piriforme notamment, manipulation des os du bassin par rapport au passage du nerf sciatique, etc)
  • sur la dynamique pelvienne pour redonner de la mobilité au bassin et sur la dynamique du rachis lombaire
  • sur la posture générale du patient

Vous voyez qu’il s’agit donc d’une approche complète façon ostéopathique qui pourra fournir de bons résultats avec le port de semelles orthopédiques.

Source : Conférence de podologie Paris la Villette : approche ostéopathique du syndrome de Morton

Voici en parallèle une liste de traitements simples et efficaces pour traiter et prévenir la douleur de votre pied :

  • éviter les talons hauts et porter des chaussures larges avec des talons bas et des semelles rigides
  • porter des orthèses qui soulèveront la plante du pied et séparera les os, le but étant de réduire au maximum la pression sur le nerf
  • faire faire des semelles orthopédiques qui vont ouvrir l’espace inter capito métatarsien et soulager les douleurs
  • prendre des médicaments anti-inflammatoires pour soulager la douleur, ceux-ci seront prescrits la plupart du temps par votre médecin tel que l’ibuprofène ou le naproxène
  • application routinière de glace sur votre pied si la douleur est présente
  • réduire les activités sportives qui pourraient exercer de la pression sur vos pieds
  • injection de cortisone pour réduire l’enflure du nerf de votre pied

Si rien de ceci ne suffit, il faudra songer à la chirurgie pour traiter un Morton persistant…

Voici les traitements chirurgicaux pour traiter le syndrome de Morton :

  • la neurolyse (chirurgie de décompression), cette opération chirurgicale permet au médecin de libérer le nerf enflé par le biais d’une cicatrice commissurale, plantaire ou dorsale. Il est aussi possible d’effectuer cette chirurgie à l’aide d’une technique fibroscopique.
  • la neurectomie (section partielle du nerf compressé), celle-ci est une opération de dernier recours, car elle peut entraîner un engourdissement permanent de vos orteils. Le chirurgien coupe et enlève le nerf qui cause la douleur.

Ces chirurgies comportent des risques, elles peuvent provoquer une algodystrophie ou une infection si une ablation du nerf est nécessaire.

Il est conseillé de faire des recherches et de bien s’informer auprès de votre médecin avant de passer à la chirurgie.

Bien qu’elles aient un très bon taux de succès, il vaut mieux tenter une combinaison des méthodes préventives mentionnées ci-haut pour guérir du syndrome de Morton.