1- Au niveau de la plaque unguéale

  • Greco : chirurgie du bourrelet unguéal en quartier d’orange associé à une plastie cutanée.
  • Lelièvre : section d’une partie latérale de l’ongle (avec une destruction de la matrice). L’inconvénient est que bien souvent toutes les cellules matricielles ne sont pas détruites.
  • Gueule de requin : décollement total de la tablette par la partie antérieure.
  • Esquillectomie : coupe large sous anesthésie locale.
  • Technique médico chirurgicale : section des ligaments matrico phalangiens et agrafe à fil sous anesthésie locale, associé à une O.P (technique du Dr Kirsch et de Mr Come) ;

Note : Cette technique est récente est peu utilisé.

2- Chirurgie des orteils externes

Griffe d’orteil « réductible » sans geste osseux :

  • distal, tenotomie du fléchisseur (plus difficile),
  • proximal, tenotomie de l’extenseur,
  • totale, double tenotomie ;

Griffe d’orteil « irréductible » avec geste articulaire :

  • arthroplastie, section de la tête de PI (=détend les tendons),
  • arthrodèse, de PI/P2 ou P2/P3 par broche ;

Guintus varus :

  • allongement de l’extenseur, réaxation articulaire et plastie cutanée en Z.

-Syndactylie :

  • séparation cutanée, sous-cutanée, osseuse..

Polydactylie :

  • si gène, exérèse.

3- Chirurgie des métatarsiens

Chirurgie des métatarsiens externes

  • technique de Lelièvre avec réalignement articulaire et section des têtes métatarsiennes 2/3/4/5 ; indiqué dans les maladies inflammatoires, neurologiques.
  • ostéotomie de Weil, section du col, diminution de la longueur du métatarsiens et réimplantation de la tête avec vis ; l’inconvénient majeur est une ostéonécrose.
  • prothèse de la MTP,
  • richards, bipolaire,reynauld et swanson, unipolaire
  • allongement.

Ostéotomies métatarsiennes

  • Helal, ostéotomie dorsale en coin avec vis et/ou plaque,
  • Groulier, ostéotomie verticale avec bûtée et plaque, (moins utilisée)
  • Denis, ostéotomie en chevron,
  • Ostéotomie de valgisation de MI, ostéotomie en coin externe (métatarsus varus).

Chirurgie traumatique

  • réduction de fracture ou de luxation,
  • ostéosynthèse, vis/plaque/fixateur externe..,
  • arthrodèse, MTP/Lisfranc,
  • amputation.

Allongement des métatarsiens

  • brachymétatarsies congénitales, ou technique d’Ilizarof, allongement par fixateur externe (rare ++),

4- Morton

On distingue la maladie et le syndrome de Morton :

  • la maladie est la forme pure de cette pathologie, ou le nerf dégénère,
  • le syndrome est une forme ou l’on retrouve une étiologie (trouble stato dynamique, bursite comprimant le nerf…) ;

Pour les différentes techniques, il existe 2 voies :

  • une voie dorsale dans l’espace,
  • une voie plantaire à la partie antérieure du capiton à la racine des orteils 3&4;

Neurotomie : section du neuro fibrome ;

L’avantage de cette technique est son efficacité ;
Cependant elle nécessite une anesthésie générale, ou une rachis anesthésie.
Le nerf repousse quelque fois et c’est la récidive 4 à 5 ans après l’opération.

Endo euro lyse : désencombrement du canal et curetage de la fibrose de la gaine nerveuse.

5- Hallux rigidus

  • Artrodèse, chirurgie efficace avec une MTP fixée à 20/25° en extension ; cependant l’articulation n’est pas toujours fonctionnelle.
  • Prothèse, prothèse bouton ou type Regnault ; plus fonctionnelle mais avec des résultats plus aléatoires dans le temps.

6- Chirurgie des parties molles

  • verrue, bistouri / laser,
  • corps étranger,
  • kystes, (kyste synovial, lipome..)
  • M.P.P,
  • tumeurs (mélanome, épythélioma..) ;

7- Chirurgie d’H.V

  • intervention de mayo, résection de la tête de MI et de la base de PI (=aucune fonctionnalité du 1er rayon),
  • intervention en arthrodèse MTP1, effectuée en cas de reprise d’un échec ;
  • intervention de keller brandes lelièvre, résection de la base de PI associée à un geste articulaire (= rayon + court donc – fonctionnel, et arthrose 2nd associée),
  • intervention de pettersen, réaxation articulaire en force par voie externe, au niveau du sésamoïde externe ; la cicatrice est située au niveau du 1er espace en dorsal. L’inconvénient est une hyper correction.
  • intervention de bosch, réaxation de MTP1 par section de la tête de M1 et alignement par broche sous cutanée, pas de geste articulaire ; technique assez peu connue.
  • intervention de mac bride, transplant sur le col de M1 de l’adducteur de l’hallux (par-dessous ou par un tunnel dans le col) associé à une tension capsulaire dans le col ; de bons résultats, cependant parfois, hallux varus,
  • intervention en double ostéotomie M1/P1, ostéotomie de valgisation de M1 et de varisation de P1,
  • intervention de scarf, ostéotomie avec trait oblique en bas et dehors permettant une valgisation et un allongement de M1 ; c’est une technique récente,
  • intervention de trade, ostéotomie plane oblique, mise en place par Mortier, permettant une réaxation dans les 3 plans de l’espace (adduction, verticalisation, et rotation axiale de M1 ; le trait est en bas, avant et légèrement dehors. Cette technique est la plus récente.

La différence entre le scarf et le trade c’est le trait ; dans le trade, le trait du charpentier permet de réduire les rotations tandis que dans le scarf, le trait ne permet pas de réduire les rotations. Toutes ces techniques d’H.V peuvent être accompagnées d’une exostosectomie appellée également « chirurgie de désencombrement » qui est faite en local.

Chaque chirurgien adapte ces grandes techniques suivant les cas cliniques, avec plus ou moins de gestes péri articulaires.